OpenFabrick : rien ne se perd, tout se surcycle !

Surcyclage OpenFabrick

Le gaspillage, mal du siècle

La facilité de notre société à sur-produire et sur-consommer a mécaniquement conduit à une surproduction de déchets de toutes sortes. Ainsi en France, selon une étude de l’Ademe publiée en 2016, 345 millions de tonnes de déchets sont produites annuellement. Une partie de ces déchets est bien sûr recyclée, et par ailleurs, certains déchets sont aussi une aubaine dans l’univers de la fabrication numérique : ainsi les chutes de bois, de plexi ou encore de tissu servent de matière première pour prototyper et usiner de petits objets, par exemple dans des fablab, dans un esprit de récup. On peut aisément trouver ce type de déchets dans l’industrie, dans des magasins de bricolage, mais aussi tout simplement chez nous : chutes d’un panneau de bois qui nous a servi à construire une étagère, pièce de tissu découpée dans des rideaux trop longs, etc.

Plus fort que la récup : le surcyclage

La récup est un état d’esprit souvent très présent dans l’univers des fablab, en réponse aux enjeux environnementaux de notre époque. Au-delà de la récup, on évoque aussi de plus en plus le concept de surcyclage, c’est-à-dire l’art de donner une seconde vie à des objets ou des matières en les sublimant et en leur octroyant une valeur ou un usage potentiellement supérieurs à ceux de leur première vie. Cette méthode de recyclage “par le haut” est ainsi employée depuis plusieurs années aussi bien par des entreprises que par des artistes ou des makers. Le terme a été inventé dans les années 1990 (“upcycling” en anglais) et vulgarisé en 2002 grâce au livre “Cradle to cradle : remaking the way we make things” de William McDonough et Michael Braungart.

Sublimer des déchets avec OpenFabrick

Un des enjeux du projet OpenFabrick est de s’appuyer sur le concept de surcyclage pour créer des kits de jeu de construction à partir de chutes de matériaux récupérés dans des magasins ou dans l’industrie. Il s’agit notamment de chutes de panneaux de bois et de plexi, qui sont récupérés pour y découper des composants du jeu. Étant donné leur petit format, même une petite chute de bois peut servir à fabriquer plusieurs composants.
Ainsi, rien ne se perd, tout se surcycle !

Article suivant
Retrouvez OpenFabrick au Fablab Festival de Toulouse 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu